Résultats de votre recherche

La nature est forte, parfois trop forte !

Posté par europeanwolf le 2 décembre 2012

La nature est forte, parfois trop forte ! dans Randonnées temp_te-300x225

Ce moment nous l’attendions avec impatience, la semaine fut longue et nos pensées étaient tournées vers ce week-end d’évasion loin des villes grises et froides. Le samedi matin tout était près : la tente, les sacs à dos, la nourriture. Bref, tout est parfait pour partir dormir sur les hauts plateaux du vercors. La montée semble interminable, le poids des sacs à dos nous clou au sol et chaque pas et de plus en plus dur, mais la vue du sommet verdoyant nous force a continuer sans se plaindre. Quelques heures après le départ, nous voilà en haut. Un vent violent souffle sur nous, comme un premier avertissement pour nous prévenir d’une nuit agitée. Juste le temps de trouver un abri entre les buissons, de monter la tente et d’allumer le feu, le ciel s’était déjà obscurcit. C’est avec un grand soulagement que la popote fut installé sur le feu et que la bonne odeur de nourriture emplie nos narines. Manger avec une vue imprenable sur des sommets enneigés, loin de toutes pollutions auditives et visuelles, nous enchanta. Après ce délicieux repas revigorant, nos corps fatigués trouvèrent chaleur et réconfort dans la tente. Lecture, discussions et jeux furent au menu en attendant la nuit, et c’est avec un dernier regard sur les étoiles dissimulées derrière les nuages aux couleurs sombre, que nous avons commencé notre nuit. Les minutes passaient et le vend se déchaîna, la pluie fine et continue rendait ce début de nuit quelque peu inquiétant. Alors que la nuit noire avait envahi la totalité du Vercors, le vent se déchaîna sur le plateau, de fortes rafales firent bouger notre abri. Le temps défilait et la nature redoubla d’effort. Thor, fit claquer ses éclairs, comme pour nous chasser de cette endroit isolé. Nous n’étions pas les bienvenus se soir-là et c’est tout naturellement que nous avons décidé de remballer tant bien que mal notre campement éphémère. Et nous sommes redescendu sous le regard de nos dieux. La descente longue et dangereuse, à cause de la pluie, nous parut si longue. Trempés, frigorifiés et fatigués, voilà à quoi ressemblaient les Europeanwolf à la fin de cette expédition. Mais notre moral n’en fut pas affecté car si il y a bien une seule chose à laquelle on ne peut se frotter, c’est belle et bien la nature.

Par Irmin 

Publié dans Randonnées | Pas de Commentaires »

Chateau en vue

Posté par europeanwolf le 28 août 2012

Chateau en vue dans Randonnées gcdtfdtfhhhhhhh-300x224

Quelle agréable sensation que celle de voir un ciel chargé de nuages et de couleurs nous accueillir pour cette randonnée dans ce lieu si magnifique. Tous réunis, près à échanger des plaisanteries et des longs dialogues, c’est ainsi que nous commençâmes cette journée. Chacun marche à son rythme, pendant que certains racontent diverses anecdotes, d’autres profitent du paysage et de la douce fraicheur offerte par ces bois millénaires. L’ascension jusqu’au sommet se fait dans une très bonne ambiance et l’allure n’est pas négligeable sans pour autant être intense. Nous sommes sur les crêtes vertes et grises, parsemées de fleurs et de cailloux, que la pluie on rendu fort glissant. Encore une petite plaisanterie que nos dieux nous on offert, une petite difficulté en plus n’est jamais pour leur déplaire !

 

 

17165888_p dans Randonnées

 

Enfin le voilà, le château, perché sur les hauteurs avec le ciel noir qui le recouvre, comme pour intensifier toute sa puissance passée. Visite des remparts déchiquetés par les années et des contreforts largement démolis par de nombreuses guerres. Cette vision de nos aïeux emplis de courage et de fierté nous ému tous.Nous prenons quelques instants pour nous reposer au creux de ce château avec vue imprenable sur les hautes montagnes du vercor.alheureusement la pluie a vite fait de nous chasser, comme pour nous rappeler que mère nature est indomptable et capricieuse ! Le retour se fait par les bois. Petit sentier humide et escarpé, ronces et branches qui nous obstrues le passage. Aucun doute, cette forêt est faite pour nous. La traversée de cette forêt est un régal pour chacuns de nos sens, les bois humides nous emplient de douce odeur. Le spectacle offert à nos yeux est fantastique et les divers bruits on vite fait de nous imaginer épiés par divers lutins et fées qui veillent sur cet endroit. Et voilà, le point d’arrivée est en vue, à quelques centaines de mètres. Une grande accolade pour nous dire « au revoir » et chacun repart de son coté, avec pour seule envie: se retrouver au plus vite pour partager d’autres moments ensemble.   

 

 

Par Irmin

 

Publié dans Randonnées | Pas de Commentaires »

Là bas, sur les sentiers humides…

Posté par europeanwolf le 2 juin 2012

Là bas, sur les sentiers humides... dans Randonnées IMG_5119-300x224

Le vent souffle, les nuages sont encore noirs, seules quelques tâches de gris, de blanc et de bleu viennent illuminer ce ciel chargé de pluie et de grondements. Thor nous salut avant notre départ en inondant le ciel de ces éclairs vigoureux.  Le soleil ne nous réchauffe pas la peau et l’humidité commence à pénétrer nos vêtements ; pourtant nous sommes heureux de se retrouver pour une nouvelle randonnée à travers les bois et les montagnes emplis d’odeur grâce à la pluie qui tombe sans discontinuer. Notre allure est ralentie par le poids de l’eau et la terre retient nos pas, comme si mère nature ne voulait pas que l’on sorte de ces forêts enchanteresses. Aucun d’entre nous n’est morose ou fébrile car c’est un message de courage et un petit défit que nos dieux nous lancent à travers cette journée sous un ciel moins clément qu’à l’accoutumé mais tout aussi somptueux.  Le temps passe et la pluie se fait moins intense, on aperçoit même pendant un bref instant l’astre de feu qui brille par delà les nuages. Les courbatures commencent à se faire sentir, les muscles sont engourdis par l’effort et le froid. Mais tel nos ancêtres, forts et virils, nous continuons sans une plainte car c’est dans l’effort que nous pouvons nous transcender. Cette nouvelle randonnée touche à sa fin, les vêtements, chaussures, sacs à dos et autres attirails de randonnée sont gorgés d’eau mais nos cœurs et nos esprits sont emplis de bonheur grâce à ce moment passé entre camarades.

Par Irmin

Publié dans Randonnées | Pas de Commentaires »

Près du feu calvaire

Posté par europeanwolf le 26 mai 2012

                       Près du feu calvaire dans Chants et Poèmes Wandervogel
 
Tard, tard dans la nuit sombrèrent les étoiles allemandes,
Un rayon sanglant flambe loin en bordure du ciel,
Et notre rêve de grandeur, notre rêve si fier,
Fut réduit à néant et sombra dans le vide lointain.
 
L’édifice qui nous enchantait tomba en ruines,
Ce qui était notre bonheur, notre aspiration, s’effondra :
Devant nous l’abîme, derrière nous l’opprobre,
Et près de nous, le présent si lourd et si amer.
 
Embrasé par les flammes sauvages de l’insurrection,
Notre propre pays – et chassé par les coups de fouet de la haine,
Comme une sinistre marée autour du rocher qui se dresse solitaire,
De l’Ouest et de l’Est, le monde s’écroule sur nous.
 
Flambe haut et clair, toi, le signe de la liberté allemande,
Elance-toi de la nuit et de l’obscurité, flamme pure ;
De ta tour solitaire et lointaine, envole-nous ta lumière,
Pour que les fantômes de la nuit, effrayés, disparaissent !
 
Nous levons nos mains unies en un cercle fermé :
Braise de la flamme sacrée, scelle notre serment,
Qui tel un bloc d’airain, malgré la fureur slave,
Sera fidèle à la terre natale jusqu’à la fin.
 
Jusqu’à la fin joyeuse, lorsque sera arraché à l’ennemi
Le dernier sillon que le paysan allemand a tracé ;
Point de repos, point de répit, jusqu’à l’aube grise ;
Et s’il le faut, savoir mourir joyeusement !
 
Que les dieux nous aident  et que soit forte notre défense !
La tempête s’engouffre dans le pays par l’Ouest
Ô flamme ! Elance-toi, brille de tout ton éclat,
Nous te protégeons, nous veillons à l’honneur de l’Allemagne !
 
Debout donc, et en avant ! Tenons fermement les fusils !
Même si les lourds nuages de la tourmente s’accrochent aux monts,
C’est un chant viril ! Consolez-vous, la nuit passera,
Et il faudra bien que le soleil revienne !
 

Poème avant la consécration de la centurie des Wandervögel à Rogau (25 mars 1919)

 
 

Publié dans Chants et Poèmes | Pas de Commentaires »

 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs