Résultats de votre recherche

Petite pensée d’Europe

Posté par europeanwolf le 24 octobre 2013

L’Europe a su s’adapter aux différentes frontières de son territoire, bouleversées par de nombreuses guerres et conquêtes ancestrales.

L’Europe a connu nos pères, ceux qui descendent du Nord, de la terre du Soleil invaincu, grands explorateurs de terres vastes et inconnues. Ils ont amené avec eux leurs savoir et leur histoire, leurs traditions et leurs chants.

L’Europe a vu sa terre foulée par des seigneurs dont le nom rappelle une époque rude et froide. Les forêts n’étaient qu’immensité et magie. Le calme qui y régnait était une source d’énergie et de souvenirs imperturbables. Chaque arbre portait la marque de nos aïeux.

L’Europe a accueilli les peuples aux coutumes colorées et aux chants entrainants, aux hommes durs et travailleurs et aux femmes fortes et aimantes. Elle a senti sur chacune de ses parcelles de terre ce lien qui unissaient ces peuples parfois ennemis,  » der bund  » justifiant chaque acte, chaque pensée. Il fut le respect et le souvenir des hommes anciens – les hyperboréens – ceux qui leur ont permis de devenir ce qu’ils étaient, et ce que nous sommes.

L’Europe a connu les Berserkers et les valeureux guerriers de l’ancien temps. Elle les a vu rejoindre leurs camarades pour un restant de vie joyeuse et à la hauteur de leurs sacrifices au Mitgard. Les dieux étaient là, accompagnés de leurs déesses aux cheveux tressées ; les valkyries – gardiennes du Walhalla – étaient également de la fête, assurant toujours protection aux guerriers.

L’Europe a pleuré ses dieux quand leur crépuscule est venu. Une grande bataille s’est déroulée, puis le temps des victuailles et de l’hydromel a cessé. Les peuples d’Europe durent désolés, mais dans leur mémoire jamais ne s’éteindra la flamme de l’honneur.

L’Europe a été surprise de l’arrivée inopinée d’un nouveau peuple s’exprimant au nom  » DU  » dieu. A coup de lois liberticides, ces occupants firent semer péchés et trahison au sein de la terre occidentale.

Les anciennes croyances se sont dissipées, au-delà des montagnes enneigées, plus loin que les sentiers inconnus. La foi des anciens dieux s’est enfouie au plus profond des mystérieuses forêts, dans l’âme des hommes et des femmes qui n’oublient pas.

Brunhilde

Publié dans Textes | Pas de Commentaires »

Prémice hivernal

Posté par europeanwolf le 6 décembre 2012

Petits flocons dans les vallées et premiers mètres de neige sur les hauteurs; les prémices de l’hiver nous ravissent. C’est avec grande envie que nous avons chaussé nos raquettes et que nous sommes partit au beau milieu des forêts pour une randonnée épique. Aucune trace à l’horizon, les sapins croulent sous le poids de l’or blanc et les seuls bruits que l’on entend sont le craquement des branches et le léger vent dansant avec les flocons. Une sensation de liberté absolue nous envahie. Cet instant, nous l’avions attendu bien longtemps et une fois notre souhait exaucé, nous en étions ravis. La nature est le plus beau des trésors, mais rares sont les personnes qui sortent des sentiers battus pour profiter de l’instant présent, en toute simplicité.

Prémice hivernal dans Chants et Poèmes ggg4-300x224

 

Au début il n’y avait que l’homme et la nature.
Des hommes portant des croix vinrent et chassèrent les païens
Jusqu’aux confins de la terre.
Mais les anciens dieux vivent toujours dans le cœur de certains hommes.
Et la nature retrouvera ses joies passées avec ces nouveaux hommes dignes de leur lignée.

Par Irmin

Publié dans Chants et Poèmes, Randonnées | Pas de Commentaires »

Construire un feu

Posté par europeanwolf le 3 octobre 2012

 Construire un feu dans Livres 259160dog_man

A tous les connaisseurs, passionnés ou simples intrigués, ce livre va vous combler. Récit simple mais tenant, nombreuses images, voilà ce à quoi vous devez vous attendre. Dans ce cas pourquoi lire ce livre? Tout simplement pour son contenu fascinant mettant en scène homme libre, seul dans cette nature qui ne lui fera pas de cadeau. Jack London nous fait partager la partie de l’homme proche de la nature, mais sera-t-il suffisant ?
Arrogant et trop sûr de soi, ne font pas bon ménage dans la neige et le froid. Bien sûr, ce n’est pas un simple froid mais un froid intense, presque inimaginable. Un froid de mort ! Un homme certes courageux mais pas suffisamment entraîné pour lutter dans ces contrées glaciales va se lancer dans une folle expédition. Seul, avec pour unique compagnon son chien auquel il ne vous pas une grande amitié. Très vite la nature va reprendre ses droits et une fin tragique attend cet aventurier d’un jour.
Dans ce livre il y a deux versions. Une pour nos jeunes bambins qui verront la fin heureuse de l’histoire, celle où le personnage s’avère être le héros ; et l’autre pour tout public, avec une fin que je qualifie de juste et de sensée. Bref, ce livre a encore renforcé mon opinion sur Dame Nature, et sur le fait qu’on ne peut lutter contre elle mais qu’il faut savoir vivre avec !

Par Irmin

 

Publié dans Livres | Pas de Commentaires »

 » Je suis Rebelle et j’ai les Raiponce ! « 

Posté par europeanwolf le 4 septembre 2012

 

Une (petite) révolution chez les réalisateurs de dessins animés : Les studios Walt Disney et Pixar font redécouvrir à notre petite jeunesse blanche l’essence du monde celte et nordique à travers de joyeuses animations.

 Raiponce présente une révision païenne du conte du même nom. La jeune héroïne à la chevelure infiniment magique va contre les règles et les interdictions pour laisser son envie de découverte la guider. Sur le chemin de l’aventure, elle connaît l’amour, mais aussi les fêtes celtiques. Elle goûte aux nombreuses danses rythmées par les instruments de bois autour de la roue solaire, celles-ci lui font découvrir son monde celte et ses diverses traditions.Raiponce se sentait perdue, car elle était seule et éloignée de sa famille et de sa communauté. Enfin, la jeune fille retrouve les siens et créée des liens encore plus forts. 

 Rebelle, qui signifie brave en anglais, nous fait découvrir l’univers autoritaire des Vikings. Mélange de Robin des bois et de Braveheart, cette courageuse princesse viking à la chevelure flamboyante, bouscule tout pour qu’enfin elle décide elle-même de son destin, de son avenir. C’est dans les Highlands, espace libre et sauvage de l’ancienne Ecosse, que Mérida chevauche, l’arc à la main, vivre sa propre aventure. Elle quitte Malgré son caractère indépendant, l’héroïne viking n’oublie pas sa famille, et son esprit de clan.

             Ces décors celtes et nordiques que l’on trouve dans ces deux dessins animés apportent aux enfants blancs ce qu’il leurs manquaient : une version revisitée de leur histoire. Ce sont des aventures vivantes et pleines de rebondissements que notre jeunesse a besoin, et non pas des histoires sur des voitures qui parlent ou des extra-terrestres venus du futur ou d’ailleurs. Faisons d’abord connaître à nos bambins leurs origines, d’où ils viennent pour qu’enfin ils sachent où ils pourront aller. Les dessins animés sont les principaux outils, pour ne pas dire les seuls, permettant de faire passer des messages et des idées à notre future descendance. Encourageons ce genre d’animations mettant en scène des paysages sauvages, des entrelacs sculptés dans le bois, et d’autres symboles positifs à la (ré)intégration païenne dans notre société.

          Parmi les nombreuses princesses du monde, que Walt Disney et Pixar nous ont fait découvrir, les princesses du Nord sont les seules prêtes à tout quitter, à tout bousculer pour que se réalisent leurs rêves. Est-ce simplement un hasard, une simple invention du dessinateur ? Et bien non, l’Histoire intervient. De tout temps, et cela parmi la neige et les tempêtes, le vent glacial et les embruns de l’océan déchainé, les femmes nordiques sont et étaient autoritaires. Car la femme s’identifie au soleil, astre dominant. La roue solaire lui procure la force, l’autorité, et parfois (souvent) l’hystérie ; elle lui apporte également l’indépendance nécessaire.De ce fait, la femme nordique devient et née davantage aventurière et débrouillarde que ses lointaines (et non désirées) voisines du désert. Ce caractère impétueux demande à l’homme nordique de redoubler d’effort afin de « dompter » sa femme, selon la loi de la nature. Les hommes du nord n’en deviennent que plus forts !

Par Brunhilde

Publié dans Textes | Pas de Commentaires »

Des pas dans la neige

Posté par europeanwolf le 11 août 2012

Des pas dans la neige dans Livres erik-l-homme-des-pas-dans-la-neige-193x300Le barmadou, ce mot ne vous dit peut-être rien, tout comme moi il y a quelques temps avant de découvrir ce livre : un récit et non pas une simple nouvelle fantastique. Erik, Yannik et Jordi, deux frères et un ami, aventuriers dans l’âme, intrépides explorateurs décident de partir avec presque rien au Pakistan, dans les vallées de l’hindou kouch. Le but de ce voyage ? Découvrir le fameux barmadou, l’homme sauvage qui vit dans ces forêts et montagnes presque inaccessibles. Je fus très perplexe au premier abord ; un homme sauvage qui vit loin de tout, que l’on peut apparenté à un homme préhistorique, et qui n’a pas encore été découvert ? Cela me semblait presque impossible, mais je me décide à le lire car je ne veux pas rester sur une première impression.

Dès les premières pages, je n’ai pas regretté ma décision de lire ce récit. Ces trois aventuriers sont fascinants, ce ne sont pas des fous ou des personnes « bizarres », mais bel et bien des hommes saints d’esprit et de corps. Ils ne partent pas au hasard, ils ont étudié le terrain et le barmadou à travers plusieurs récits avant d’entreprendre cette aventure. Loin des expéditions ultra modernes et sophistiquées, ces jeunes gens partent avec leurs maigres économies et deux gros sacs à dos chacun, leurs motivations et leurs déterminations seront leur principale source d’énergie. 

Une aventure riche en rebondissements, en efforts, en rencontres et en épanouissement, va rythmer leur long séjour. Au fil des pages, on découvre une facette méconnue de ces hommes et femmes du Pakistan qui vivent loin du modernisme. Des gens avec une culture tout à fait différente, ayant un mode de vie aux antipodes de la notre. Loin des clichés et des préjugés, ces habitants du bout du monde sont fascinants, et l’envie de les découvrir m’a pris grâce à ce livre. Une vie simple mais rude, en harmonie avec la nature. Même si la majorité des habitants de ces régions est musulmane, une petite minorité païenne subsiste encore dans une vallée, se sont les Kalash. Peuple au passé Nordique, d’où les seuls restes matériels sont des sculptures sur bois en forme d’entrelacs ou de roues solaires ornant les façades. Hormis les rencontres avec ces personnages atypiques, ce voyage va leur offrir des instants inoubliables. Malgré cette impressionnante culture, ils n’oublient cependant pas leur but principal. Ces trois camarades ne comptent pas les heures passées à  récolter des informations sur le barmadou. Les récits poignants des hommes et femmes ayant vus cet être étrange, des hurlements suspects, des empreintes de pas encore fraîches, etc.… Tout cela va les renforcer dans leur idée que cet homme sauvage existe bel et bien mais je ne dévoilerais pas la finalité de leurs recherches.tumblr_lpbp89ie0W1qzxkqp-300x204 dans Livres 

Pendant près de deux ans, Erik L’Homme et ses compagnons vont découvrir un petit « pays » touché par les évolutions et révolutions du monde. Leur quête devient alors un moyen de se confronter à la vie en montagne, pure et simple, dure et âpre, qui leur fera perdre des automatismes occidentaux et des kilos ; mais qui leur apportera un nouveau regard sur le monde. 

Les dernières pages m’ont mit les larmes aux yeux, car je m’identifie quelque peu à un des trois aventuriers. Qui plus est, Jordi Magraner avait un Malamute, tout comme moi.

 

Par Irmin

 

Publié dans Livres | 4 Commentaires »

Dieux Scandinaves

Posté par europeanwolf le 8 juillet 2012

Dieux Scandinaves odin   Thor-par-Doepler-1

Agnar : Le fils adoptif de Freya, exilé au pays des géants, qui finit par recouvrer ses droits. 

Andhrimnir : Cuisinier du Walhalla. 

Anneau des serments : Donne le pouvoir sur les neuf mondes, détenu par la belle géante Gerda et conquis par Odin. 

Asaheim : Le monde des dieux Ases. 

Ases : Dieux de l’Asgard qui succèdent au règne des géants du givre. 

Asgard : (enclos des Ases) Demeure des dieux Ases. 

Ask : Le premier homme créé par les dieux, ancêtre des hommes du Mitgard avec sa compagne Embla. 

Audumbla : Vache sacrée qui nourrit le géant Ymir, à l’origine de la création. 

Aurgelmir : Autre nom du géant Ymir. 

Baldr : Fils d’odin et de freya, dit Baldr le Brillant parce que sa présence dégage de la lumière. Il est tué par son frère Hoder sur les conseils de Loki. 

Baugi : Frère du géant Suttung, qui vole l’hydromel de la poésie. 

Bergelmir : Petit-fils d’Ymir, qui survit a la disparition de la race des géants du givre. 

Bestla : Géante, femme du dieu Bor et mère d’Odin. 

Bifrost : Le pont arc-en-ciel qui mène vers l’Asgard. 

Bilskirnir : Halle, palais du dieu Thor. 

Bodu : L’une des deux coupes où est recueilli le sang sacré de Kvasir. 

Bolverk : Nom que prend Odin l’orsqu’il se rend chez le géant Baugi, dans sa quête du « don de poésie ». 

Bor : Dieu, fils de buri, époux de Bestla et père d’Odin. 

Bragi : Dieu de la poésie et grand ancêtre des scaldes, les bardes nordiques. Il est aussi l’époux d’Idunn, la déesse aux pommes d’or. 

Brokk : Nain forgeron, frère de Eitri, qui fabrique de nombreux objets magiques pour les dieux de l’Asgard. 

Buri : Premier dieu, père de Bor et grand-père d’Odin. 

Draupnir : L’anneau d’Odin, qui produit un nouvel anneau toutes les neuf nuits. 

Einherjar : Guerries tués au combat qui sont reçus par Odin au Walhalla. 

Elfes : Êtres a »riens, faits de légèreté et de lumière. Ils sont dits elfes blancs ou elfes noirs, selon qu’ils ont fait le choix de la lumière ou des ténèbres. 

Embla : La première femme, créée par Odin, née de l’arbre sacré. 

Fenrir : Loup monstrueux qui brise ses liens au moment du Ragnarök, le crépuscule des dieux. 

Fialar : Le nai qui tu le sage Kvasir, avec la complicité de Galar. 

Freyr : Fils de Njord et frère de Feya, dieu de la Fertilié. 

Freya : Déesse de l’amour et épouse du dieu Odin. Elle partage avec Odin la moitié des gueriers morts au combat. 

Fulla : Servante de Freya, elle lui sert de messagère. 

Galar : Le nain qui tue Kvasir, avec Fialar. 

Garm : Chien monstrueux gardant l’entrée du monde souterrain de Hel. 

Geirrod : Fils du roi Hraudung, et fils adoptif d’Odin. 

Gerda : Reine des glaces, convoitée par Odin qui se présente à elle comme Skirnir l’envoyé du père des dieux. 

Geri : L’un des deux loups d’Odin, avec Freki. 

Gnungagap : L’abîme béant, le gouffre d’avant la création où apparaissent le monde du feu (Muspellheim) et le monde de la glace (Niflheim). 

Gjallar : Pont qui mène à Helheim, le pays des morts. 

Gjallarhorn : Corne d’appel du dieu Heimdall, le gardien du pont Bifrost. 

Gleipnir : Nom de la chaîne spécialement fabriquée par les nains et qui sert à ligoter le loup Fenrir. 

Grim : Le « dieu masqué », l’un des multiples noms d’Odin. 

Gullinbursti : Le sanglier d’r offert par les nains. 

Gungir : Le javelot d’Odin, fabriqué par les nains. 

Hati : Le loup qui poursuit le lune pour la dévorer. 

Heimdall : L’Ase blanc, gardien du pont Bifrost. 

Hel : Gardiene du monde des morts indignes. 

Hlidskalf : Haut siége d’Odin, le trône à partir duquel il observe les neuf mondes. 

Hodmimir : Forêt où se réfugient Lif, « la vie », et son compagnon arès le Ragnarök. 

Hrym : Le géant qui conduit le navire Naglfar montant à l’assaut de l’Asgard, au moment du Ragnarök. 

Hugi : Il bat Thor dans une épreuve de course à pied. 

Hugin : (réflexion) L’un des deux corbeaux d’Odin, avec Munim (mémoire). 

Hvergelmir : Source qui se trouve dans Nifheim et qui donne naissance à douze rivières. 

Idavold : Le lieu de réunion des dieux dans Asaheim. 

Idunn : Epouse du scalde Bragi. Elle est la gardienne des pommes d’or de la jeunesse. 

Jotunheim : Le pays des géants de la glace. 

Keningar : Roi des elfes noirs, fils du Roi Gofuld. 

Kvasir : Dieu de la sagesse et de la poésie, tué par les nains Fialar et Galar. 

Lif : La femme nouvelle, qui survit au chaos du Ragnarök avec son compagnon Lifthrasir. 

Lifthrasir : Compagnon de Lif qui survit au crépuscule des dieux. 

Loki : Dieu du feu, instable, l’un des plus beau de l’Asgard, choisi par Odin pour devenir l’adversaire des dieux. 

Mani : La lune. 

Mitgard : Le pays des hommes, séparé du monde des dieux par le pont Bifrost. 

Mjolnir : Marteau de Thor, fabriqué par les nains de la montagne. 

Munim : L’autre corbeau d’odin. 

Muspellheim : Le monde du feu, situé ausud, où règne le géant Surt. 

Myrkvid : Forêt sombre qui sépare le monde des géants du monde des dieux. 

Naglfar : Navire construit avec les ongles des morts et piloté par le géant Hrym. 

Nains : Êtres bienveillants ou maléfiques qui vivent dans les entrailles de la montagne, fabriquant des objets magiques d’une grande puissance. 

Nari : Fils de Sigyn et de loki, ce dernier est enchaîné par Odin avec les intestins de son propre fils. 

Niflheim : Monde du brouillard et du froid. C’est également le monde des morts et le domaine soterrain de hel. 

Njord : De la race des Vanes, dieu maritime, protecteur des marchands, époux de la belle géante Skadi. 

Noatun : La halle de Njord, située au bord de la mer. 

Nott : La nuit, avec laquelle les nordiques et les celtes d’Europe commence l’année. Le décomte du temps se fait en nuits et non en jours. 

Odin : Fils du dieu Bor et de la géante Bestla, père des dieux de l’Asgard. Il détient la sagesse et la connaissance des runes. Grand voyageur, grand maître dans l’art de la ruse et du déguisement, il se déplace dans les neu mondes sous différentes formes. 

Odroerer : Chaudron où les nains Fialar et Galar recueillent le sang de Kvasir qui devient le breuvage de poésie. 

Ragnarök : Crépuscule des dieux, embrasement final du monde, qui sera suivi par un renouveau. 

Rati : Vrille qui sert à percer la caverne du géant Suttung. C’est ainsi qu’Odin atteint la salle du trésor, séduit Gunnlod, la fille du géant, et s’empare du breuvage de la poésie, appelé depuis « boisson des Ases », ou « sang de Kvasir ». 

Rügen : Le roi des nains de la montagne, les cousins ténébreux des elfes des forêts. 

Saga : Elle reçoit Odin dans son palais de Sokvabek et lui raconte les anciennes histoires. 

Sif : Belle déesse, épouse du dieu Thor, remarquée par sa ongue chevelure blonde qui fait naître un perpétuel été dans l’Asgard. Loki coupe la chevelure splendide de Sif, et l’hiver tombe sur les neuf mondes. 

Skadi : Fille du géant Thiazi tué par Odi. Elle est aussi la déesse des neiges, qui glisse à skis, son arc e chasse à l’épaule. 

Skirnir : Messager d’Odin. En vérité l’un des noms d’emrunt qu’utilise le père des dieux pour reconquérir Gerda, la reine des glaces. 

Skol : Loup qui poursuit le soleil pour l’avaler.

Skrymir : Géant qui ose défier Thor.

Skuld : L’une des trois Nornes qui président au destin. 

Sleipnir : Le cheval à huit pattes du dieu Odin. 

Sokvabek : La résidence de Saga, déesse de l’histoire, où elle encontre Odin le voyageur. 

Son : Une des deux coupes dans lesquelles les nains recueillent le sang sacré de Kvasir. 

Surt : Géant du feu, gardien de Muspellheim, le monde du sud représenté par un volcan. 

Suttung : Géant qui vole l’hydromel de la poésie. 

Svainn : Le bouclier qu’Odin place devant le soleil pour que la terre ne soit pas brûlée. 

Tanngnjost : L’un des deux boucs tirant le char de Thor. 

Tanngrisnir : Le deuxiéme bouc tirant le char de Thor. 

Thiazi : Géant tué par Loki à la suite du vole des pommes d’or. 

Thor : Dieu de la force guerrière, fils d’Odin, qui combat les géants avec le redoutable marteau Mjolnir. Il se manifeste par le roulement du tonnerre et le feu des éclairs. 

Thurse : L’autre nom des géants du givre. 

Troll : Nom donné aux géants dans les croyances de l’Europe du Nord. 

Tyr : Dieu de la justice et du courage. Il sacrifie l’une de ses mains dans la gueule du loup Fenrir pour que le monstre puisse être ligoté. 

Urd : Une des trois Nornes du destin. 

Vala : Nom des prophétesses, souvent en transe, qui communiquent les mystères aux hommes et aux dieux – comme celle qui récite la Voluspe, le premier chant des Eddas scandinaves, où sont annoncés les épreuves d’Odin, la découverte des runes, et le chaos cosmique du Ragnarök. 

Vanaheim : Le territoire des dieux Vanes. 

Vanes : Dieux de la protection, du plaisir, de la fertilité, des marchands et des cultivateurs. En guerre contre les Ases, l’autre famille des dieux, ils finissent par faire alliance avec eux. 

Vegtam : Nom que prend Odin quand il interroge la Vala avant la mort de Baldr. 

Vervandi : La troisiéme des Nornes du destin. 

Vidar : Fils d’Odin, surnommé le silencieux, qui venge la mort de son père. 

Vigrid : La plaine ou se déroulent les combats du Ragnarök. 

Walhalla : La halle des occs où Odin et ses Walkyries recoivent les héros tombés au combat. 

Wyrd : La divinité supérieure aux dieux, le destin, qu’ils ne doivent pas subir mais assumer, dans l’action, les pensées, le choix des actes, pour ne faire qu’un avec sa course. 

Yggdrasil : Le frêne sacré, à la fois arbre de vie et axe du monde. 

Ymir : Le géant primordial, né de l’abîme Ginungagap, tué par Odin et ses deux frères Vili et Vé. Le corps du géant de l’origine sert a créer les neuf mondes qui forment l’univers.

 

Publié dans | 1 Commentaire »

La roue de l’année païenne

Posté par europeanwolf le 4 avril 2012

 La roue de l'année païenne photo1 

YULE   21 décembre

Yule, solstice d’hiver, est le moment où le jour est le plus court et la nuit la plus longue de l’année. C’est à cette époque que la terre commence à s’éveiller en attente du Printemps tout proche. Le soleil renaît lui aussi semblable au phénix d’argent, la nature se couvre de son manteau blanc et luisant. Nous nous réunissons alors autour d’une grande table ornée des traditionnelles bougies de célébration, ainsi que d’abondantes victuailles que chaque convive aura lui-même préparées. Afin de pleinement célébrer la renaissance du soleil, nous allumons feux et chandelles ; la lumière solaire éclairant nos visages emplis de joie.                                            

De leur côté, les animaux ont déjà préparé leur hibernation blottis dans leur terrier. D’autres, plus jouasses à l’arrivée du froid, nous montrent un pelage clair et scintillant se fondant parfaitement dans la neige fraîchement tombée. 

 

IMBOLC   2 février

Imbolc, festival de lumière, est consacré àla Déesse du Feu. Brighid offre le Feu de la guérison et de la naissance à la terre, apaisant nos maladies de la saison passée. Cette date représente la purification qui prend place à la fin de l’hiver, la nature peut alors se libérer de son manteau glacé. Le temps change mais reste froid et rigoureux pour nos visages dévêtus, endurcis par les années et les épreuves imposées par le Wyrd. Telle est cette période de transition, nos esprits et nos corps doivent s’adapter entre l’hiver fuyant et le printemps venant.  Telle est la dureté du cycle de la vie, cette époque où changent les mœurs et les quotidiens.

 

 OSTARA   20 Mars 

Ostara, célébration de l’équilibre entre le jour et la nuit, ce jour marque le véritable retour du printemps. Il est également désigné comme le moment propice de la fertilité qui enveloppe la terre et tout être vivant se noyant dans la nature. La déesse Ostara, de ses bras emplit d’amour et de fertilité fait renaître la vie doucement éveillée. C’est l’époque des commencements, des débuts de petites histoires où l’on voit les animaux frétiller parmi l’herbe naissante. Le temps est venu de semer l’orge et le blé dans les champs, les arbres se couvrent de leurs plus belles parures fleuries, entendant l’éclosion des bourgeons, et plus tard des fruits juteux qu’ils auront engendrés. Les ouvriers de Mère nature se mettent à l’ouvrage. Dans les champs et prairies tapissés de fleurs colorées, un nuage bruyants d’abeilles, de bourdons, de papillons se font les transporteurs du pollen. Et nous sentons déjà le goût du miel parcourir nos papilles.

 

BELTEINE   1er Mai

Belteine, importante fête païenne, puisque c’est la célébration de l’Amour, une période au cours de laquelle les dieux s’unissent symboliquement à leurs déesses. Les jeunes dieux deviennent hommes, et éprouvent un désir nouveau, l’envie de découvrir les plaisirs charnels. Les naissances sous toutes les formes sont célébrées, quelles proviennent de la Terre ou des hommes. Les animaux, comme les hommes trouvent leurs doubles et s’unissent ; ainsi les déesses deviennent enceintes de leurs dieux. Les femmes se sentent femmes, les mains posées sur leurs ventres bombés, elles offrent déjà tout leur amour à leur future progéniture; les hommes se sentent guerriers et plus forts que jamais, ils sont décidés à nourrir et protéger cette famille grandissante. Les âmes et les cœurs s’enlacent et s’enflamment, formant un amour vaillant et indestructible.

 

LITHA   21 Juin

Litha, solstice d’été, c’est la journée la plus longue où la nature est à l’apogée de sa puissance. Représentée par des feux de joie en nature, le Soleil est invoqué afin de favoriser l’amour, la santé, la purification de soi et la fertilité à ceux qui osent sauter par-dessus ces feux. La coutume amène les amoureux, main dans la main, à surmonter le bûcher de lumière pour apporter à son couple valeurs ancestrales, fidélité, force et honneur. Les cœurs chantent et dansent au rythme effréné des flammes pétillantes et remplient de magie. Autour de ce feu rougeoyant, l’on veut voir ses soucis disparaître, se réduire en cendre, afin de repartir sur des bases fortes, car la déesse Lilith nous apporte son énergie et sa puissance. La lumière se décroît peu à peu en vue de l’Hiver. Dans les forêts, on entend déjà les belles paroles du chant de fidélité, le souffle du vent les emporte jusqu’à nos oreilles, traversant les feuilles éclaircies par la roue solaire haut dans le ciel.

 

 

LUGHNASADH    2 Août

Lughnasadh, célébration en l’honneur du dieu de la Lumière, Lug, elle marque la première victoire de l’Ombre sur la Lumière. Les jours raccourcissent, et les premières récoltes sont enfin propices au ramassage. Dans les villages et petites villes, des jeux sportifs et intellectuels sont organisés, les chanteurs, poètes et musiciens se mettent à l’épreuve, et l’on se diverti jusqu’à ce que l’astre de la nuit submerge l’astre solaire. Les hommes et les femmes s’offrent mutuellement des rameaux de blé, prouvant l’un à l’autre le désir profond de fonder une famille forte et soudée. Car le blé, symbole de lumière éternelle, gorgé de soleil et de maturité, nourrit abondamment une union sacrée. Sous un regard bienveillant, le dieu Lug officialise les amitiés, les unions entre une femme et un homme s’aimant, ainsi que le cycle de la vie, la naissance d’un nouvel être blanc et pur, et le cycle de la mort. Les fruits atteignent également leur maturité, les récoltes sont abondantes. Conscients que la paix et l’abondance ne sont pas éternelles, dans les chaumières, l’on profite de l’instant présent en entonnant des chants de joie.

 

 

MABON    21 Septembre

Mabon, équinoxe d’Automne, et seconde période où la lumière et l’obscurité voient leurs puissances s’égaler. Un peu plus d’un mois s’est écoulé, et déjà le temps de la dernière moisson survint. Cidre et vin sont à l’honneur en cette époque car les fruits de saison ont changé. Ces fruits, incarnant la puissance et la générosité de la nature, sont cueillit par les femmes et leurs jeunes enfants. De leur coté, les hommes, avec l’aide de Mabon, traversent forêts et prairies à la recherche d’un gibier viril et futé. Notre dieu chasseur n’aime pas la facilité, et comme pour tout effort il y a du réconfort, la mise à l’épreuve n’apporte que force et respect envers cet animal tué. Nature changeante et rougeoyante, gibier honoré et boissons sacrées, le clan est soudé autour du repas chaud. Par la fenêtre, une enfant profite jusqu’au dernier rayon de soleil, il éclaire encore la flore qui rouille. Plus que quelques feuilles avant que toutes tombent.

 

 

SAMHAIN    31 Octobre

Samhain, fête de transition marquant le passage d’une année à l’autre, c’est aussi la période de l’ouverture vers l’autre monde, celui des dieux. Accompagnée d’un copieux repas, une bougie devant notre assiette, nous pensons à ceux qui sont parti rejoindre leurs aïeux. Nous célébrons les morts en leur offrant notre joie de vivre et notre bonne humeur. Ils ne nous ont pas quitté, ils sont simplement passés dans un autre monde où règne toujours force et honneur. Le temps s’écoule au rythme incessant des feuilles qui tombent, l’automne est à nos portes. Le sol couvert de son tapis rouillé, les arbres nus et leurs branches fébriles au vent qui souffle, la vieille saison prend le dessus et c’est avec plaisir que nous acceptons ce changement. Ce passage de la saison claire à la saison sombre marque pour les guerriers la fin des conquêtes et des affrontements : c’est le repos du guerrier.

 

 

Publié dans | 2 Commentaires »

Le soldat oublié (en vente)

Posté par europeanwolf le 12 mars 2012

Guy Sajer n’a pas dix-sept ans quand, en juillet 1942, il endosse l’uniforme de la Wehrmacht. Il est français par son père, allemand par sa mère ; il habite alors l’Alsace. A cause de son jeune âge, il n’est pas affecté à une unité combattante, mais dans le train des équipages. Dès novembre, l’hiver s’abat sur la plaine russe ; le froid, la neige, les partisans rendent la progression des convois extrêmement difficile : jamais l’unité de Sajer n’atteindra Stalingrad qu’elle devait ravitailler ; la VIe Armée aura capitulé avant. Mais Sajer sait déjà que la guerre n’est pas une partie de plaisir, que survivre dans l’hiver russe est déjà un combat. Et pourtant, ce premier hiver, il n’a pas vraiment fait la guerre. La vraie guerre, celle du combattant de première ligne, il la découvre lorsqu’il est versé dans la division  » Gross Deutschland « , division d’élite, avec laquelle, à partir de l’été 1943, il va se trouver engagé dans les plus grandes batailles du front d’Ukraine, quand la Wehrmacht plie sous l’offensive russe. De Koursk à Kharkov, de jour comme de nuit, dans la boue, la neige, quand le thermomètre marque -40 degrés, sous le martèlement terrifiant de l’artillerie russe, face aux vagues d’assaut d’un adversaire désormais puissamment armé et qui ne se soucie pas des pertes, les hommes de la  » Gross Deutschland « , portés toujours aux endroits les plus exposés, toujours en première ligne, combattant à un contre vingt, connaissent l’enfer. La bataille de Bielgorod, le passage du Dniepr (la Bérésina à l’échelle de la Seconde Guerre mondiale) constituent, vécus au niveau du simple soldat, deux des plus hauts moments de ce récit d’Apocalypse. Plus tard, quand le front allemand s’est désagrégé, quand l’immense armée reflue, aux combats réguliers s’ajoutera la lutte contre les partisans, plus sauvage et plus impitoyable. Plus tard encore, c’est la retraite des derniers survivants de la division d’élite à travers la Roumanie et les Carpathes jusqu’en Pologne. Dans l’hiver 1944-1945, Sajer et ses camarades sont lancés dans les combats désespérés que les Allemands livrent en Prusse-Orientale pour interdire l’entrée du Vateriand aux Russes. C’est encore Memel, où l’horreur atteint à son comble, et Dantzig, au milieu de l’exode des populations allemandes de l’Est. Enfin, malade, épuisé, Sajer sera fait prisonnier par les Anglais dans le Hanovre… Si ce récit de la guerre en Russie ne ressemble à aucun autre, s’il surpasse en vérité, en horreur et en grandeur tout ce qui a été écrit, ce n’est pas seulement parce que l’auteur a réellement vécu tout ce qu’il rapporte, ce n’est pas seulement parce que, sous sa plume, les mots froid, faim, fièvre, sang et peur prennent l’accent et la force terrible de la réalité, c’est aussi parce que Sajer sait voir et faire voir dans le détail avec une puissance de trait vraiment extraordinaire. Alors, le lecteur ne peut douter que tout ce qui est rapporté là est vrai, vrai au détail près ; il sait de science certaine qu’il n’y a pas là de  » littérature « , pas de morceaux de bravoure – mais que c’était ainsi : ainsi dans le courage et ainsi dans la peur, ainsi dans la misère et ainsi dans l’horreur.

(Le soldat oublié, Guy Sajer)

Publié dans Livres | Pas de Commentaires »

12
 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs