• Accueil
  • > Recherche : europeanwolf extreme droite

Résultats de votre recherche

Swastika, éternel symbole

Posté par europeanwolf le 14 juillet 2013

 Swastika, éternel symbole dans Presse allemagne-forets-croix-gammees-1679914-jpg_1559742-300x130

Une observation approfondie de la nature peut parfois révéler de bien mauvaises surprises. Un jour de 1992, le stagiaire d’une entreprise paysagiste allemande, Ökoland Dederow, a découvert sur une photo aérienne un bien curieux bosquet. Perdu en plein coeur d’une épaisse forêt de pins du nord-est de l’Allemagne, près de 140 mélèzes formaient une parfaite… croix gammée. La nouvelle, révélée dix ans plus tard dans un article du quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, a eu un énorme retentissement dans le pays. Une étude des troncs de ces conifères a montré qu’ils avaient été plantés vers la fin des années 30. Cette date et la forme « parfaite » du massif ne laissent plus de place au doute : des « petits malins » ont mis en terre ces arbres en hommage au régime nazi.

Plusieurs rumeurs ont alors commencé à se propager sur l’origine de cette « plantation », comme l’explique une excellente enquête de Einestages.de, le site historique de l’hebdomadaire Spiegel. Un fermier local s’est tout d’abord vanté d’avoir semé lui-même les graines de mélèze. D’autres personnes étaient persuadées qu’un leader d’extrême droite local avait planté ces arbres le jour de l’anniversaire d’Adolf Hitler.

Le plus surprenant est que personne n’ait découvert cette étrange croix gammée végétale pendant près de 60 ans. Il est vrai que ces conifères ne changent de couleur que durant quelques semaines par an. Les long-courriers qui passaient au-dessus de cette forêt à haute altitude ne pouvaient, quant à eux, pas repérer le massif, et les petits avions de tourisme n’ont eu l’autorisation de survoler cette zone située dans l’ancienne RDA qu’après la chute du mur de Berlin.

Plaies du passé

Cette histoire déjà rocambolesque est devenue totalement ubuesque quand les autorités ont finalement décidé de couper ces arbres. Les forestiers ont commencé par abattre, en 1995, 40 mélèzes, avant de réaliser cinq ans plus tard que leur labeur n’avait aucunement fait disparaître la croix gammée. En 2000, le ministre de l’Agriculture du Land de Brandebourg décida de raser l’ensemble du massif, mais des problèmes de copropriété empêchèrent les bûcherons de scier plus de 25 résineux.

Un choix précis des troncs à couper a finalement permis de faire disparaître le maudit swastika. Mais au fil des ans, les Allemands ont réalisé que leurs bois contenaient d’autres plantations de ce genre. Des soldats américains ont ainsi découvert dans le Land de Hesse une croix gammée végétale sous laquelle d’autres arbres formaient clairement la date 1933, qui marque l’année de l’arrivée au pouvoir du Führer (photo ci-dessous).

En 2006, un article du New York Times révélait qu’une forêt entière avait la forme d’une croix gammée près du village de Tash-Bashat au… Kirghizistan. Un villageois croyait savoir qu’un ancien forestier allemand aux idées nazies aurait dirigé la plantation, alors qu’un autre pensait que ce massif avait été préparé pour célébrer le pacte germano-soviétique de 1939. Le journaliste américain a aussi entendu parler de l’histoire de prisonniers de guerre de la Wehrmacht qui auraient semé des graines pour se moquer de leurs geôliers soviétiques. Définir aujourd’hui la frontière entre la réalité et le fantasme est pratiquement impossible. L’enquête de Einestages.de prouve néanmoins que l’Allemagne n’a pas encore pansé toutes les plaies de son passé.

Source

Publié dans Presse | Pas de Commentaires »

47 jeunes filles blanches transformées en esclaves sexuelles

Posté par europeanwolf le 19 novembre 2012

Le juge prétend que les 47 jeunes filles étaient ciblées car elles n’appartenaient pas à la communauté religieuse des agresseurs. Certaines ont été violées plusieurs fois par jour. Une adolescente a été abusée par une vingtaine d’hommes en une seule nuit. Un responsable musulman affirme que pour certains immigrés pakistanais, les filles blanches sont sans valeur et peuvent donc être abusées sans remords.

Neuf hommes d’origines pakistanaise et afghane ont été condamnés mercredi en Grande-Bretagne à de la prison pour avoir utilisé des jeunes filles blanches vulnérables comme esclaves sexuelles, une affaire qui a suscité une polémique.

47 jeunes filles blanches transformées en esclaves sexuelles  dans Presse untitled

L’origine des condamnés et le fait que leurs victimes étaient des jeunes filles blanches a provoqué un débat, même si la police a affirmé que les motivations des agresseurs n’étaient pas de nature raciale.
Selon certains, les autorités auraient volontairement étouffé l’affaire afin d’éviter une récupération par l’extrême-droite et l’apparition de tensions raciales. (…) La député du parti travailliste, Ann Cryer, a ainsi affirmé que les enquêteurs avaient «peur d’être traité de racistes».
 
Les jeunes filles, dont l’une âgée de 13 ans a dû subir un avortement après être tombée enceinte, ont été violées, forcées à avoir des rapports sexuels avec plusieurs hommes par jour, plusieurs fois par semaine, selon les témoignages présentés au tribunal. (…)

Huit des suspects, âgés de 22 ans à 59 ans, sont d’origine pakistanaise, le neuvième étant un demandeur d’asile afghan. Ces hommes, parmi lesquels des chauffeurs de taxi, un professeur de religion, un employé de fast-food, étaient pour certains mariés et pères de famille. L’origine des condamnés et le fait que leurs victimes étaient des jeunes filles blanches a provoqué un débat, même si la police a affirmé que les motivations des agresseurs n’étaient pas de nature raciale.Une vingtaine de membres de l’organisation d’extrême droite, English Defence League, ont manifesté lors du verdict. Et un représentant de la communauté musulmane locale, Mohammed Shafiq, a affirmé que cette affaire illustrait un problème important concernant la communauté britannique pakistanaise, au sein de laquelle des hommes pensent que les adolescentes blanches ne valent rien et peuvent être agressées.

Si aujourd’hui, ils ont été condamnés, la police a pourtant été mise en cause dans cette affaire. (…) C’est finalement l’arrivée d’un nouveau chef de la police à l’été 2011 qui a permis la réouverture du dossier. L’ancienne équipe a depuis présenté ses excuses et a indiqué qu’elle tirait toutes les leçons de son erreur. Pourtant, la polémique demeure. Selon certains, les autorités auraient volontairement étouffé l’affaire afin d’éviter une récupération par l’extrême-droite et l’apparition de tensions raciales. Les neuf hommes sont en effet tous d’origine pakistanaise et n’ont attaqué que des adolescentes blanches. La député du parti travailliste, Ann Cryer, a ainsi affirmé que les enquêteurs avaient «peur d’être traité de racistes».(…) De leur côté, certains accusés ont affirmé que leur condamnation était due à leurs origines et à leur religion. Leurs avocats ont d’ailleurs indiqué que le jury populaire, composé exclusivement de personnes blanches, était selon eux raciste.

Source

Publié dans Presse | 2 Commentaires »

 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs