Collage du VPFC en soutien à Esteban

Posté par europeanwolf le 20 juin 2013

Ce mardi soir, une équipe de patriotes valentinois a voulu marquer son soutien au jeune Esteban victime des foudres médiatiques de nos grands dirigeants dont le « deux poids deux mesures » devient de plus en plus insupportable, ainsi que les mensonges et les calomnies de toute une frange crasseuse  et décérébrée de la population.
 
Collage du VPFC en soutien à Esteban dans Nos actions 10-300x199
 
Notre équipe s’est employée à couvrir les panneaux d’affichage de la ville.
Ce faisant ils ont au passage recouvert les affichettes des antifa locaux.
De petits lapins que les patriotes locaux connaissent bien et dont ils n’ont d’antifa que le sobriquet puéril pour le moins usurpé.
Leur grande spécialité comme le prouve encore leurs affichettes : se poser en victime de la bête immonde omniprésente et toujours au combien féconde alors même que dans le cas Esteban/Méric il ressort petit à petit que les ultra-gauchistes de la bande Méric sont sciemment venus en découdre, ont attendu une demie heure que leurs cibles sortent du bâtiment et qu’ils se sont mis à plusieurs sur Esteban.
Un mauvais coup sur cet être fragile et pas prédestiné à ce genre d’exercice lui aura été fatal.
Finalité certes malheureuse mais néanmoins quelque peu prévisible au regard du profil de l’individu qui telle la grenouille, se rêvait plus grosse que le boeuf…
 
Devant ces hordes fanatiques d’associaux adoubés par les instances dirigeantes, nous patriotes sommes tous des Esteban en puissance.
 
Courage Esteban, les vrais français te soutiennent.
 
VPFC, amis des Europeanwolf

Publié dans Nos actions | Pas de Commentaire »

Hommage a Dominique Venner

Posté par europeanwolf le 14 juin 2013

Nous avons apprit la nouvelle avec beaucoup de regret, et un flot de questions nous monte immédiatement à la tête. Je veux bien sûr parler de la mort ou plutôt du suicide de Monsieur Venner. Si nous avons mis quelques temps pour lui rendre hommage, c’est parce que nous ne voulions absolument pas faire comme bon nombre de personnes; se ruer sur ce fait divers pour obtenir quelques visites en plus sur notre blog ou pour que l’on parle davantage de nous. Cela fait maintenant quelques semaines que Dominique Venner s’est donné la mort devant notre Dame de Paris. Durant ces quelques jours nous avons pris conscience de qui été vraiment ce grand homme, et pourquoi il est arrivé à ce geste.
« Il est 16 heures quand mon téléphone sonne, au bout du fil un ami proche m’annonce la mauvaise nouvelle. Au début je n’y crois pas, comme quelque chose d’improbable. Moi qui ai lu plusieurs de ses ouvrages, qui l’admire depuis tant de temps pour son implication et son dévouement à notre cause, je viens d’apprendre qu’il a mit fin à ses jours volontairement. Très vite la nouvelle se répand comme une trainée de poudre. On ne parle plus que de ça et les médias en font leur principal sujet. Le lendemain apparaît la lettre qu’il a écrit avant sa mort, expliquant les raisons de son geste. Pour ma part, je ne peux concevoir un tel acte car la vie est précieuse, son combat et son aura pouvaient encore durer et pérenniser encore plusieurs années. Il a décidé de prendre un autre chemin, il a voulu être maître de son destin jusqu’au bout. Après avoir passé sa vie à lutter pour nos valeurs si importantes et primordialles, ce grand homme a choisi lui même sa fin. Il a fini décrire la dernière page de sa vie et il s’en est allé rejoindre ces aïeux au panthéon des héros, là-bas, dans le Walhalla.
Il a voulu réveiller les consciences, démontrer que seul un acte fort peut avoir une répercution. Le moins que l’on puisse dire c’est que cela a fonctionné: la flamme qui nous anime tous s’est mise à flamber avec un éclat nouveau. Oui, il a réussi à réveiller notre conscience. Son sacrifice ultime ne sera pas vain, et son geste n’aura pas été inutile, loin de là.

 

Nous mettons cette chanson pour clore ce chapitre, chanson choisi pour honorer Dominique Venner :

La maison est derrière
Le monde est devant
De nombreux sentiers ainsi je prend
A travers l’Ombre
Jusqu’à la fin de la nuit
Jusqu’à la dernière étoile qui luit
Brumes et nuages
Noyés dans l’obscurité
Tout va se mêler
Ohoho tout va….se mêler.

 
Hommage a Dominique Venner dans Célébrations 233153venner-292x300

 

La dernière lettre de Dominique Venner :

Je suis sain de corps et d’esprit, et suis comblé d’amour par ma femme et mes enfants. J’aime la vie et n’attend rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit. Pourtant, au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales.
Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m’insurge contre la fatalité. Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire. Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.
Le discours dominant ne pouvant sortir de ses ambiguïtés toxiques, il appartient aux Européens d’en tirer les conséquences. À défaut de posséder une religion identitaire à laquelle nous amarrer, nous avons en partage depuis Homère une mémoire propre, dépôt de toutes les valeurs sur lesquelles refonder notre future renaissance en rupture avec la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes.
Je demande pardon par avance à tous ceux que ma mort fera souffrir, et d’abord à ma femme, à mes enfants et petits-enfants, ainsi qu’à mes amis et fidèles. Mais, une fois estompé le choc de la douleur, je ne doute pas que les uns et les autres comprendront le sens de mon geste et transcenderont leur peine en fierté. Je souhaite que ceux-là se concertent pour durer. Ils trouveront dans mes écrits récents la préfiguration et l’explication de mon geste.
 
Par Irmin et Brunhilde

 

Publié dans Célébrations | 2 Commentaires »

Pour nos camarades emprisonné et pour Esteban

Posté par europeanwolf le 9 juin 2013

 Pour nos camarades emprisonné et pour Esteban dans Textes kkkk-300x77

France Support Pow est une structure associative dédiée au soutien aux prisonniers et à leur famille. Créée début 2013, nous suivons actuellement 4 prisonniers régulièrement par le biais de courriers et de mandats, nous suivions également 2 autres détenus qui ont été libérés depuis et malheureusement il vient de nous être porté connaissance au moins un nouveau détenu. Depuis notre création ce n’est pas moins de 600 euros qui ont pu être envoyé aux détenus ou à leurs familles. Notre but est de soutenir les camarades enfermés en leurs écrivant régulièrement en prenant contact avec leurs familles de façon à le aider du mieux possible, mais également de les soutenir financièrement par l’envoie de mandats. L’argent que nous récoltons ce fait par la vente de matériel, Stickers, T shirt, CD ou encore Triplex Duplex etc… Selon les stocks disponibles chez nous et également par des dons. Tous les bénéfices sont reversés aux prisonniers et au moins un mandat est envoyé chaque mois. Nous gérons cette association du mieux possible, nous ne prenons pas ça à la rigolade car être enfermé ce n’est pas un jeu, ce n’est pas une partie de plaisir, nous pensons que le soutien doit être collectif pour ne pas laisser nos camarades seul dans cette situation. La solidarité face à ce système, face à la répression actuelle de plus en plus sévère est notre seul arme, 10 euros 20 euros par mois de la part de chacun permettrais des envois massifs de mandats aux détenus car ne l’oubliez pas pour vous 10, 20 euros c’est rien 2 paquets de clopes minimum de moins par mois, 4 ou 5 bières de moins par mois et j’en passe. Alors que pour un prisonnier 10 20 euros par mois c’est beaucoup. En prison les conditions de vie sont très minimes, l’envoie de mandat permet d’acheter des enveloppes, du papiers, des timbres, des cigarettes, des produits hygiéniques ou encore à manger.

Aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin de vous, Aider nous à les soutenir et à faire en sorte d’améliorer leurs conditions carcéral.

Contact :

Site internet —-> france.sptpow@facebook.com

Adresse mail —->  soutienauxprisonniers@gmail.com

hgfdgfd-266x300 dans Textes

 Par France Spt-Pow, ami des Europeanwolf

Publié dans Textes | Pas de Commentaire »

Résistance française

Posté par europeanwolf le 4 juin 2013

Parce que nous ne lâchons rien, parce que nous ne refuserons jamais l’affrontement de ce système voulant anéantir nos droits fondamentaux, parce que notre courage et notre volonté triompheront un jour.

Nous remercions toutes ces personnes qui chaque jour osent défier cet état, malgré la répression et les condamnations. Tant que nous resterons unis et droits dans nos idées et nos valeurs, alors rien ne pourra nous arrêter. Notre lutte est difficile et très longue, mais nous ne devons en aucun cas rendre les armes et devenir de dociles moutons. Si nous, nous abandonnons, qui défendra nos futurs chérubins et leurs droits ? Qui leur garantira une vie paisible et une existence dans ce monde, si nous laissons les chacals nous détruire ? Personne. Il n’y aura personne pour aider nos descendants. Pour sauver l’insouciance de nos enfants, ne lâchons rien. Faisons nous voir et entendre à chaque instant, l’avenir de nos enfants en dépend !!!

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Vidéos | Pas de Commentaire »

L’occidentalisme contre l’Europe

Posté par europeanwolf le 29 mai 2013

Conférence prononcée  à Lyon le 24, mai 2013  (GUD-Europe Identité)

Le terme « occidentalisme » n’existe qu’en langue française et il a une signification bien particulière. Souvent les mots « Occident » et « occidentalisme » reçoivent leurs sens particulier en fonction de son utilisateur et de son état des lieux. Le terme « occidentalisme » ne s’utilise  guère en langue allemande ou en langue anglaise. Même le vocable français « Occident » possédant  une signification largement géographique est traduit en allemand comme « l’Ouest », à savoir « der  Westen. Il en va de même pour l’anglais où le terme français « Occident » est traduit en anglais par « the West », le sujet auquel on a consacré  pas mal de livres et de traductions. À ce propos, Patrick Buchanan, ancien conseiller de Ronald Reagan et écrivain conservateur ẚ gros tirage a publié y il a une dizaine d’années le bestseller « Death of the West » (La Mort de l’Occident) où il se lamente sur le sort de l’Ouest envahi par des millions d’immigrés non chrétiens. Dans sa prose, l’Amérique et l’Europe sont mises dans le même sac.

Or nous savons fort bien que l’Amérique et l’Europe ne sont pas synonymes – ni par leur notion des grands espaces, ni par leurs volontés hégémoniques – quoique ces deux continents soient pour l’heure toujours peuplés d’une majorité d’Européens de souche. Fort souvent dans notre histoire récente, ces deux grands espaces, malgré leurs populations quasi identiques, se sont livré des guerres atroces. 

Dans les langues slaves, le substantif « Occident » et  l’adjectif  « occidental » n’existent pas non plus. À la place « d’Occident », les Croates, les Tchèques ou les Russes utilisent le substantif « zapad » qui signifie « l’Ouest ».

Le substantif français « occidentalisme », indique une notion de processus, une motion, à savoir une idéologie, et non l’idée d’une entité stable dans le temps et dans l’espace comme c’est le cas avec le substantif « Occident ».  Je vous rappelle que le titre français du livre d’Oswald Spengler, Der Untergang des Abandlandes, ou en français  Le déclin de l’Occident, ne reflète pas exactement le sens du titre allemand. Le mot allemand « der Untergang » signifie, en effet, la fin des fins, une sorte de débâcle finale, et il est plus fort que le terme français «déclin » qui sous-entend une gradation, donc une « déclinaison du mal », et qui laisse envisager pourtant une possibilité de demi-tour, une fin qu’on peut renverser au dernier moment. Tel n’est pas le cas en allemand où le substantif « Untergang » porte un signifié final à sens unique, irréversible et tragique. La même chose vaut pour le substantif allemand « das  Abendland », qui traduit en français, signifie « le pays du soleil couchant » et qui porte en langue allemande une signification largement métaphysique.   

Je dois vous rappeler ces nuances lexicales afin que nous puissions bien conceptualiser notre sujet, en l’occurrence l’occidentalisme. Il faut être bien conscient que les termes, « L’Occident «  et « l’Ouest », dans les différentes langues européennes, portent souvent des significations différentes lesquelles engendrent souvent des malentendus.

Nul doute que les termes « Occident » et « occidentalisme » ont subi un glissement sémantique. Au cours de ces quarante ans, ils ont pris en français une connotation associée au mondialisme, à l’américanisme vulgaire, au libéralisme sauvage et au « monothéisme du marché », très bien décrit par Roger Garaudy.  On est loin des années soixante et soixante-dix, quand le journal  Défense de l’Occident  sortait en France contenant des plumes  bien connues dans nos milieux. La même chose vaut pour le mouvement politico–culturel français « Occident » qui portait dans les années soixante une certaine promesse tant pour les nationalistes français que pour toute la jeunesse nationaliste européenne.

Or les deux termes – « Occident » et « occidentalisme » – qui sont aujourd’hui fustigés par les cercles identitaires et nationalistes français sont toujours objet d’éloges chez les identitaires et les nationalistes est-européens qui souffrent d’un complexe d’infériorité quant à leur nouvelle identité postcommuniste et européenne. En Pologne, en Hongrie ou en Croatie par exemple, se dire de « l’Ouest » est souvent une manière de mettre en lumière sa grande culture ou bien de se targuer de son style d’homme du monde.

Je vous rappelle qu’à l’époque communiste, les Européens de l’Est se sentaient non seulement vexés par les brimades et les oukases communistes, mais également par leur statut d’Européens de deuxième classe lorsque les Occidentaux, à savoir les Francophones  et les Anglais utilisaient le terme « l’Est » pour désigner leur coin d’Europe, à savoir l’Europe de l’Est c’est-à-dire, « Eastern Europe ». D’ailleurs, en français, on utilise parallèlement l’adjectif  « orientale » –  à savoir « l’Europe orientale » – pour désigner l’Europe de l’Est, un adjectif dont l’homonymie rend les Européens de l’Est franchement furieux.  L’adjectif « oriental »  rappelle aux Européens de l’Est l’Orient,  la Turquie, l’Arabie, l’islam, des notions avec lesquelles ils ne veulent absolument pas être rangés. Même les Européens de l’Est  qui maîtrisent parfaitement la langue française et connaissent la culture française préfèrent,  faute de mieux, que les Francophones, au lieu d’« Europe orientale »,  désignent leur coin d’Europe, comme « l’Europe de l’Est ».

Balkanisation et Globalisation

L’histoire des mots et les glissements sémantiques ne s’arrêtent pas là. Tous les Européens de l’Est, qu’ils soient de gauche ou de droite, les globalistes ou les anti-globalistes, et même la classe politique au pouvoir en Europe de l’Est aiment bien se désigner comme membres de la « Mitteleuropa » et non comme citoyens de l’Europe de l’Est. Le terme allemand  Mitteleuropa veut dire « l’Europe du centre », terme qui  renvoie aux beaux temps nostalgiques de l’Empire habsbourgeois, au biedermeier, à la douceur de vie assurée autrefois par la Maison d’Autriche et à laquelle les Slovaques, les Polonais, les Croates, les Hongrois, et mêmes les Roumains et les Ukrainiens appartenaient il n’y pas si longtemps.            

La notion d’appartenance à l’Europe, surtout dans ce coin de l’Est européen  s’aggrave davantage par les vocables utilisés par mégarde. Ainsi le terme «   Balkans » et  l’adjectif « balkanique », utilisés dans un sens neutre en France pour désigner l’Europe du sud-est,  ont une connotation injurieuse dans la culture croate même si cette désignation ne véhicule aucune signification péjorative. La perception que les Croates se font d’eux-mêmes va souvent à l’encontre de celle qui provient de l’Autre, à savoir de leurs voisins serbes ou bosniaques.  Aux yeux des Croates, les termes «  Balkans » et « balkanisation » signifient non seulement une dislocation géopolitique de l’Europe ; le vocable « Balkans », qui peut porter un signifiant tout à fait neutre en français ou en anglais, et qui est souvent utilisé dans des études géopolitiques, provoque souvent chez les nationalistes et identitaires croates des sentiments associés au comportement barbare, des complexes d’infériorité politique, et l’image de dégénérescence raciale de leur identité blanche. De plus le terme « balkanique » en croate induit souvent un sentiment négatif où se mélangent et se confondent diverses identités raciales et culturelles venues de l’Asie et non de l’Europe. On entend souvent les Croates de n’importe quel bord, se lancer mutuellement pour leurs prétendu mauvais comportement, la boutade : « Ah t’es un vrai Balkanique !».  Ce qui veut dire, dans le langage populaire croate, avoir un comportement non civilisé,  ou être un « plouc » tout simplement.  En Serbie, ce n’est pas le cas, l’identité serbe étant bien réelle et bien ancrée dans le temps et dans l’espace des Balkans et ne portant aucune signification péjorative. 

Les Allemands, qui connaissent le mieux la psychologie des peuples de l’Europe centrale et des Balkans, sont très au courant de ces identités conflictuelles chez les peuples de l’Europe de l’Est et des Balkans. D’ailleurs, le terme « der Balkanezer » possède une signification fortement injurieuse dans le lexique allemand.

Quelle Europe ?  

Passons à l’Europe. A la fameuse Union européenne, bien sûr. Alors, qu’est que cela veut dire être un bon Européen aujourd’hui ? Soyons honnêtes. Compte tenu de l’afflux massif d’immigrés  non-européens, surtout du Moyen Orient, tous les Européens – que ce soient les Français de souche, ou les Anglais de souche et les « souchiens » de toute l’Europe,  sont en train de devenir de bons « balkanesques Balkaniques. » En effet, qu’est-ce que cela veut dire aujourd’hui, être Allemand, Français, ou bien Américain, vu le fait que plus de 10 à 15 pour cent d’Allemands et de Français et plus de 30 pour cent des citoyens américains sont d’origine non–européenne, donc non-blanche ? En passant par Marseille on a l’impression de visiter la ville algérienne ; l’aéroport de Francfort ressemble à celui de Hongkong. Les alentours de Neukölln à Berlin charrient les parfums de la casbah libanaise. La glèbe, le terroir, la terre et le sang, si chères à  Maurice Barrès, si chers à nous tous, qu’est-ce que cela veut dire aujourd’hui ? Strictement rien.  

On a beau prendre maintenant les allogènes comme coupables. Force est de constater que ce sont nous, les Européens, qui sommes les premiers responsables de l’occidentalisation et donc de la perte de notre identité. Ce faisant on a beau vilipender la prétendue inculture des Américains, au moins ils ne sont pas tiraillés par le petit tribalisme intra-européen. Les Américains de souche européenne peuvent demain, à la rigueur, devenir le fer de lance de la renaissance d’une nouvelle identité euro-blanche. Force et de constater que les sentiments d’identité raciale chez les nationalistes blancs américains sont plus forts que chez les nationalistes européens.  

Or en Europe de demain, dans le meilleur des mondes européens, même sans aucun allogène, il est douteux que le climat sera d’emblée propice à des grandes embrassades fraternelles entre les Irlandais et les Anglais, entre les Basques et les Castillans, entre les Serbes et les Croates, entre les Corses et les Français.  Soyons francs. Toute l’histoire de l’Europe, toute l’histoire des Européens, au cours de ces deux millénaires s’est soldée par des guerres fratricides interminables. Cela vaut toujours pour L’Europe orientale, à savoir « l’Europe de l’Est, » qui continue toujours d’être en proie à la haine interethnique. Le dernier conflit en date fut la guerre récente entre deux peuples similaires, les Serbes et les Croates. Qui peut nous garantir le contraire demain, même si l’afflux des Asiatiques et les Africains devait prendre subitement fin ?

Se dire « être  un bon Européen » aujourd’hui, ne veut rien dire. Se proclamer un « bon Occidental » non plus. Etre enraciné dans son terroir dans un monde globaliste n’a strictement aucun sens aujourd’hui, vu que nos quartiers sont peuplés d’allogènes qui avec nous sont soumis à la même culture marchande. Il y a au moins quelque chose de paradoxal avec l’arrivée des non-Européens : les interminables guerres et les disputes entre les grands discours  des nationalistes européens, entre les Polonais et les Allemands, entre les Serbes et les  Croates, entre les Irlandais et les Anglais – semblent devenus dérisoires.  L’afflux constant de non-Européens dans nos contrées européennes fait de la désignation  « L’Europe européenne » une  absurdité lexicale.

Ce qu’il nous reste à nous tous à faire c’est le devoir de nous définir tout d’abord comme héritiers de la mémoire européenne, même si nous vivons hors d’Europe, même en Australie, au Chili, ou en Amérique et même sur une autre planète.  Force est de constater que nous tous « les bons Européens » au sens nietzschéen,  nous pouvons changer notre religion, nos habitudes, nos opinions politiques, notre terroir, notre nationalité, voir même nos passeports, mais nous ne pouvons jamais échapper à notre hérédité européenne.

Non les allogènes, mais les capitalistes, les banksters,  les « antifas » et  les architectes des meilleurs des mondes, sont désormais nos principaux ennemis. Pour leur résister, il nous incombe de ressusciter notre conscience raciale et notre héritage culturel. Tous les deux vont de pair. La réalité de notre race et culture blanche ne peut pas être niée. Nous tous, nous pouvons tout changer et même aller sur une autre planète.  Mais notre hérédité, à savoir notre fond génétique, on ne peut  jamais changer.

La race, comme Julius Evola ou Ludwig Clauss nous l’enseignent, n’est pas seulement la donnée biologique – notre race est aussi notre responsabilité spirituelle qui seule peut assurer notre survie européenne.

L'occidentalisme contre l'Europe  dans Textes photoei-300x175

Tomislav Sunic

www.tomsunic.com

T. Sunic est écrivain et membre du Conseil d’Administration de American Freedom Party.

Source

Publié dans Textes | Pas de Commentaire »

KO or not KO !

Posté par europeanwolf le 12 mai 2013

Parce que la vie est un combat, les Europeanwolf et plusieurs camarades faisons des sports de combat. Ce court écrit n’est pas fait dans un but de vantardise ou de  » j’me la pète  » comme beaucoup de jeunes de banlieues. Non, j’écris ceci afin de prouver que nos propres limites sont là pour être repousser encore et encore. Le but étant d’obtenir une fierté personnelle - différente de l’obcession de soi , et une certaine individualité dans une communauté soudée. Et à ce moment précis, le plaisir de dire «  je lai fait !  » est envahissant.
Bien au-delà des préjugés de ce sport, le combat sur le ring et le contact avec l’adversaire s’éloigne largement des bagarres de rues. Il ne suffit pas d’être un  » boeuf « , 2 m de haut sur 1,80 de large – nous sommes tous certains que ce gabarit peut évidemment aider. Ce sport demande une totale implication : des heures d’entrainement pour quelques minutes sur le ring ; et en retour, une joie immense lorsque le gong final résonne et que l’on a donné le maximum. C’est dans cet esprit que nous montons sur le ring, nous en redescendons avec des victoires mais aussi avec des défaites ; mais à chaque déception, nous repartons nous entraîner encore plus dur pour obtenir notre revanche. Au même titre que toutes nos randonnées, nos sorties escalade et via ferrata, et même foot en salle, nous dépassons nos limites physiques et mentales. Avec cet état d’esprit, un mental d’acier et une volonté de fer, nous pourrons gagner le combat qui nous opposent à tous nos ennemis.

KO or not KO ! dans Textes combat-300x198

 

Ne jamais renoncer et pouvoir se dresser contre les chacals de notre sang. Se dépasser à chaque instant, dans chaque situation. Chercher à aller toujours plus loin. La douleur ne doit pas vous arrêter, car elle réside essentiellement dans notre tête. Faire l’impasse sur ce qui nous obstrut le passage et rien ne peut nous arrêter.

Vous êtes votre seule limite !

Par Irmin

Publié dans Textes | 1 Commentaire »

Nous avons appelé SOS racisme

Posté par europeanwolf le 2 mai 2013

Nous avons appelé SOS racisme dans Nos actions photo

Voici une conversation que nous avons eu par téléphone avec SOS racisme. Nous nous sommes fait passer pour un jeune étudiant blanc que nous appellerons Sébastien. Sébastien est persécuté depuis plusieurs mois par des jeunes issu de l’immigration :

Sébastien : Bonjour, je vous appelle pour demander votre aide.

SOS racisme : Bonjour, quel est votre problème ?

Sébastien : Je suis étudiant au lycée Charles de Gaule (Rosny-sous-bois) en classe de terminal et depuis plusieurs mois je subis des brimades d’autres jeunes.

SOS racisme : De quel genre de brimades avez vous été victime?

Sébastien : J’ai été victime d’agression verbale et de violence corporelle. Au début, c’était une fois de temps en temps, mais depuis quelques semaines ces agressions sont permanentes. On me traite de « sale blanc » à chaque pause ou repas, et on me passe à tabac régulièrement.

SOS racisme : On vous traite de « sale blanc » ? Mais qui vous traite ainsi ?

Sebastient : Pour la majorité, se sont des personnes maghrébines et africaines. Je suis victime de racisme anti-blanc alors que je n’ai jamais dénigré aucune personne.

Biiiiiiip…….

A mon grand étonnement la comunication c’est arrêtée, ni une ni deux je rappelle: 

Sébastien : Re-bonjour, c’est encore Sébastien. Nous avons été coupé.

SOS racisme : Ecoutez Monsieur, nous n’avons pas été coupé. C’est moi qui est mis un terme à cette conversation. Nous ne sommes pas là pour écouter ce genre de plaisanteries stupides, mais pour intervenir dans de réels problèmes de racisme.

Sébastien : Mais ceci n’est pas une plaisanterie de mauvais goût. Je suis persécuté et personne ne veut m’aider. Chaque jour je vais au lycée avec la boule au ventre, en sachant que je vais subir toute sorte d’insulte comme : « sale blanc », « la France est à nous »… Je n’en peux plus de ces menaces, de ces insultes. Celà devient impossible à vivre et je …

SOS racisme : Pardonnez-moi de vous couper mais le racisme anti-blanc est une affabulation. Un conseil, ne perdez plus votre temps à nous appeler sinon nous serions contraind d’avertir la police pour harcèlement téléphonique ! Au revoir !

Biiiiip………

Une fois encore la comunication se termine brusquement. Mais l’essentiel a été dit et je ne vois pas l’intérêt de les rappeler une troisième fois.
Cet entretien avec SOS racisme fut très enrichissant et révélateur. Nous savions d’avance que nous ne serions pas pris au sérieux, mais de là à nous dire clairement que le racisme anti blanc n’existe pas fut une grande surprise.
Bref, nous venons de voir que le seul de moyen de lutter contre ce racisme est d’être unis contre le système, et contre tous ennemis à notre cause. Nous sommes le dernier rempart face aux chacals envahissant notre Europe, et jamais nous renoncerons ou baisserons les bras. Car l’avenir de nos enfant en dépend !

Par Irmin et Brunhilde

Publié dans Nos actions | 10 Commentaires »

La flamme païenne

Posté par europeanwolf le 25 avril 2013

Ci-dessous un poème écrit de main de maitre par l’un de nos camarades :

Nous portons une flamme,
On la dit ancienne,
Elle est une âme,
L’âme Européenne.
 
Du nord à l’ouest , 
Des hommes se lèvent,
Du Sud à L’est,
Des bannières s’élèvent.
 
Partout on murmure,
Ils sont revenu,
Le retour des parjures,
Mais qui l’aurait cru.
 
Sortie des forêts et des montagnes,
Sortie de l’eau et de la brume,
Rêves des anciennes batailles,
Prières au claire de Lune.
 
Venu chasser le désert,
Briser le marchand,
N’ayant plus peur de leur enfer.
Unité des hommes de notre sang.
 
Un vieux chant a raisonné,
Celui des dieux Païens,
On les croyait oubliés,
Ils sont revenu mettre un terme au règne des chiens.
 
La flamme païenne dans Chants et Poèmes viking-warriors-1-231x300
 
Piral, ami des europeanwolf

Publié dans Chants et Poèmes | 1 Commentaire »

12345...14
 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs