La nature est forte, parfois trop forte !

Posté par europeanwolf le 2 décembre 2012

La nature est forte, parfois trop forte ! dans Randonnées temp_te-300x225

Ce moment nous l’attendions avec impatience, la semaine fut longue et nos pensées étaient tournées vers ce week-end d’évasion loin des villes grises et froides. Le samedi matin tout était près : la tente, les sacs à dos, la nourriture. Bref, tout est parfait pour partir dormir sur les hauts plateaux du vercors. La montée semble interminable, le poids des sacs à dos nous clou au sol et chaque pas et de plus en plus dur, mais la vue du sommet verdoyant nous force a continuer sans se plaindre. Quelques heures après le départ, nous voilà en haut. Un vent violent souffle sur nous, comme un premier avertissement pour nous prévenir d’une nuit agitée. Juste le temps de trouver un abri entre les buissons, de monter la tente et d’allumer le feu, le ciel s’était déjà obscurcit. C’est avec un grand soulagement que la popote fut installé sur le feu et que la bonne odeur de nourriture emplie nos narines. Manger avec une vue imprenable sur des sommets enneigés, loin de toutes pollutions auditives et visuelles, nous enchanta. Après ce délicieux repas revigorant, nos corps fatigués trouvèrent chaleur et réconfort dans la tente. Lecture, discussions et jeux furent au menu en attendant la nuit, et c’est avec un dernier regard sur les étoiles dissimulées derrière les nuages aux couleurs sombre, que nous avons commencé notre nuit. Les minutes passaient et le vend se déchaîna, la pluie fine et continue rendait ce début de nuit quelque peu inquiétant. Alors que la nuit noire avait envahi la totalité du Vercors, le vent se déchaîna sur le plateau, de fortes rafales firent bouger notre abri. Le temps défilait et la nature redoubla d’effort. Thor, fit claquer ses éclairs, comme pour nous chasser de cette endroit isolé. Nous n’étions pas les bienvenus se soir-là et c’est tout naturellement que nous avons décidé de remballer tant bien que mal notre campement éphémère. Et nous sommes redescendu sous le regard de nos dieux. La descente longue et dangereuse, à cause de la pluie, nous parut si longue. Trempés, frigorifiés et fatigués, voilà à quoi ressemblaient les Europeanwolf à la fin de cette expédition. Mais notre moral n’en fut pas affecté car si il y a bien une seule chose à laquelle on ne peut se frotter, c’est belle et bien la nature.

Par Irmin 

Laisser un commentaire

 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs