Crime du sang: la malédiction des Atrides

Posté par europeanwolf le 7 mai 2012

Festin de Tantale: à l’origine du destin funeste de la maison

Tantale, roi de Lydie et l’un des nombreux fils illégitimes de Zeus, c’est le seul bâtard aussi bien traité par les dieux de l’Olympe. Il participe à leurs banquets et les dieux ont accepté d’assister à un de ses banquets royaux. Il présente alors comme plat principal son fils sacrifié (Pélops), bouilli dans un chaudron. Semblant motivé, soit par la haine des dieux et tient à leur donner une leçon ( l’horreur du cannibalisme ); soit par la volonté de s’émanciper du pouvoir des dieux en montrant comment on pouvait les abuser, en faisant preuve d’hybris. Mais les dieux ne se laissent pas tromper, ils ont puni sa démesure et son infanticide. Tantale est condamné à vivre dans l’Hadès, au milieu d’un cours d’eau au dessus duquel tombent des branches d’arbres fruitiers, sans pouvoir ni boire ni manger tandis que la soif et la faim le taraudent.

Unique destin placé sous la bénédiction des dieux

Après avoir été sacrifié par son père, Pélops est ramené à la vie par les dieux. Il possède une épaule d’ivoire qui remplace celle malencontreusement mangée au cours du festin de Tantale.Il s’éprend d’une princesse, Hippodamie,  avec qui il aura un mariage heureux.

Le roi, père d’Hippodamie, impose à tous ses prétendants une course de chars contre le sien, tiré par des chevaux puissants offerts par Arès, dieu de la guerre. La défaite du prétendant signifie sa mort. Pélops ayant reçu comme présent de Poséidon des chevaux tous aussi puissants, il remporte la course et épouse la princesse.

Ce mariage heureux est peut-être dû à l’intervention divine ou à celle d’Hippodamie, amoureuse, qui a soudoyé l’écuyer du roi, Myrtile. Pélops tuera plus tard Myrtile.

Second crime contre les dieux

Niobé est la fille de Tantale et la sœur de Pélops. Riche, belle et puissante: elle se marie avec Amphion, fils de Zeus et musicien incomparable dont le frère jumeau s’appelle Zéthos. Les deux jumeaux cherchent à fortifier Thèbes à l’aide de pacerelles et de plusieurs remparts. Mais l’un des deux a été jugé le plus digne de régner sur Thèbes, Amphion, avec Niobé. C’est grâce à sa musique sortie de sa flûte ensorcelante, il incite les pierres des remparts à se placer d’elles-mêmes. Tous deux engendrent une nombreuse décendence: sept belles filles et sept beaux garçons.

Niobé, à la tête d’une cité puissante, exige d’être vénérée comme une déesse et de remplacer le culte de la déesse, Léto, par le sien. Encore une fois, la démeusure galope dans les destins familiaux, l’hybris les hantent.  Artémis, grande déesse de la chasse, et Apollon, dieu de la musique et de la poésie, la condamnent en tuant par des flèches tous ses enfants. De chagrin, elle devient pierre versant des torrents de larmes pour l’éternité.

La malédiction d’Atrée et de Thyeste

Atrée est le fils de Pélops et roi. Thyeste, son frère, s’éprend de sa femme qui se laisse séduire. Atrée fait alors le serment d’un châtiment sur Thyeste: ses deux petits enfants sont égorgés, coupés en petits morceau et servis à manger à leur père.

Thyeste, épouvanté, appelle à une seconde malédiction sur la famille. Le crime d’Atrée est puni par l’existence atroce de ses descendants (étant roi, il était intouchable). Ses enfants se déchireront pour cause de pouvoir, de richesse, ou encore de jalousie.

La rupture du cercle vicieux ?

Le déchirement entre Agamemnon et sa femme Clystemnestre: joie hypocrite du retour d’un mari, assassinat d’Agamemnon par sa femme avec l’aide de son fils, Egisthe.

La vengeance d’Oreste, second fils d’Agamemnon et de Clystemnestre: confusion entre la vengeance de la mort de son père, et la reconnaissance, l’amour et la loyauté pour sa mère. Oreste consulte l’oracle et tue finalement les deux meurtriers de son père, Egisthe et Clystemnestre, à l’aide de son cousin Pylade.

Le jugement des dieux, volonté d’expiation d’Oreste: multiples hallucinations de femmes à cheveux de serpents, errance et souffrance pendant de longues années. Tout crime est passible d’une expiation. Tourmenté par son crime, et sur l’ordre d’Apollon, Oreste se repentie auprès d’Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre.

La miséricorde des dieux tient à deux choses: il est le seul de maison d’Atrée à à avoir souffert du meurtre qu’il a commis et le seul à se repentir. La malédiction sur la maison d’Atrée prend donc fin.

Malheureux destin d’Electre, fille d’Agamemnon et de Clystemnestre: épargnée par Egisthe lors de l’assassinat de son père, fidèle à sa conception de la famille et de la justice, elle attend désespérément le retour d’Oreste afin que l’affaire se termine sur la vengeance exigée. Elle finit par se marier avec son cousin Pylade.

Par Brunhilde

Laisser un commentaire

 

cgtvilledemartiguescapm |
100pour100chat |
starzia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sixgiga
| ashortsharpshockonabigblagblog
| lesserveurs